Charles Baudelaire :: svìt prokletého básníka :: Poezie a próza
Úvodní stránka  |  Poezie a próza  |  Život v datech  |  Galerie  |  Citáty a glosy  |  Téma Baudelaire  |  Odkazy
English version  |  Version Française

èeské pøeklady

Kvìty zla

Malé básnì v próze

Báseò o hašiši

Fanfarlo

Dùvìrný deník


originale française

» Les fleurs du mal «

Dédicace
Au Lecteur

Spleen et ideal
I. Bénédiction
II. L'Albatros
III. Elévation
IV. Correspondances
V.
VI. Les Phares
VII. La Muse malade
VIII. La Muse vénale
IX. Le Mauvais Moine
X. L'Ennemi
XI. Le Guignon
XII. La Vie antérieure
XIII. Bohémiens en Voyage
XIV. L'Homme et la Mer
XV. Don Juan aux Enfers
XVI. Châtiment de l'Orgueil
XVII. La Beauté
XVIII. L'Idéal
XIX. La Géante
XX. Le Masque
XXI. Hymne a la Beauté
XXIa. Les Bijoux
XXII. Parfum exotique
XXIII. La Chevelure
XXIV.
XXV.
XXVI. Sed non satiata
XXVII.
XXVIII. Le Serpent qui danse
XXIX. Une Charogne
XXX. De profundis clamavi
XXXI. Le Vampire
XXXIa. Lethe
XXXII.
XXXIII. Remords posthume
XXXIV. Le Chat
XXXV. Duellum
XXXVI. Le Balcon
XXXVII. Le Possédé
XXXVIII. Un Fantôme
XXXIX.
XL. Semper Eadem
XLI. Tout entiere
XLII.
XLIII. Le Flambeau vivant
XLIIIa. A celle qui est trop gaie
XLIV. Réversibilité
XLV. Confession
XLVI. L'Aube spirituelle
XLVII. Harmonie du Soir
XLVIII. Le Flacon
XLIX. Le Poison
L. Ciel brouillé
LI. Le Chat
LII. Le Beau Navire
LIII. L'Invitation au Voyage
LIV. L'Irréparable
LV. Causerie
LVI. Chant d'Automne
LVII. A une Madone
LVIII. Chanson d'Apres-midi
LIX. Sisina
LX. Franciscae meae laudes
LXI. A une Dame créole
LXII. Moesta et errabunda
LXIII. Le Revenant
LXIV. Sonnet d'Automne
LXV. Tristesses de la Lune
LXVI. Les Chats
LXVII. Les Hiboux
LXVIII. La Pipe
LXIX. La Musique
LXX. Sépulture
LXXI. Une Gravure fantastique
LXXII. Le Mort joyeux
LXXIII. Le Tonneau de la Haine
LXXIV. La Cloche felée
LXXV. Spleen
LXXVI. Spleen
LXXVII. Spleen
LXXVIII. Spleen
LXXIX. Obsession
LXXX. Le Gout du Néant
LXXXI. Alchimie de la Douleur
LXXXII. Horreur sympathique
LXXXIIa. La Priere d'un paien
LXXXIIb. Le Couvercle
LXXXIIc. L'Examen de minuit
LXXXIId. Madrigal triste
LXXXIIe. L'Avertisseur
LXXXIIf. Le Rebelle
LXXXIIg. Bien loin d'ici
LXXXIIh. Le Gouffre
LXXXIIi. Les Plaintes d'un Icare
LXXXIIj. Recueillement
LXXXIII. L'Héautontimorouménos
LXXXIV. L'Irrémédiable
LXXXV. L'Horloge

Tableaux Parisiens
LXXXVI. Paysage
LXXXVII. Le Soleil
LXXXVIIa. La Lune offensée
LXXXVIII. A une Mendiante rousse
» LXXXIX. Le Cygne «
XC. Les Sept Vieillards
XCI. Les Petites Vieilles
XCII. Les Aveugles
XCIII. A une Passante
XCIV. Le Squelette laboureur
XCV. Le Crépuscule du Soir
XCVI. Le Jeu
XCVII. Danse macabre
XCVIII. L'Amour du Mensonge
XCIX.
C.
CI. Brummes et pluies
CII. Reve parisien
CIII. Le Crépuscule du matin

Le Vin
CIV. L'Ame du vin
CV. Le Vin des chiffonniers
CVI. Le Vin de l'assassin
CVII. Le Vin du solitaire
CVIII. Le Vin des amants

Fleurs du Mal
CVIIIa. Épigraphe pour un livre condamné
CIX. La Destruction
CX. Une Martyre
CXa. Lesbos
CXb. Femmes damnées - Delphine et Hippolyte
CXI. Femmes damnées
CXII. Les Deux Bonnes Soeurs
CXIII. La Fontaine de sang
CXIV. Allégorie
CXV. La Béatrice
CXVa. Les Métamorphoses du vampire
CXVI. Un voyage a Cythere
CXVII. L'Amour et le crane

Révolte
CXVIII. Le Reniement de saint Pierre
CXIX. Abel et Cain
CXX. Les Litanies de Satan

La Mort
CXXI. La Mort des amants
CXXII. La Mort des pauvres
CXXIII. La Mort des artistes
CXXIV. La Fin de la journée
CXXV. Le Reve d'un curieux
CXXVI. Le Voyage

Accessoires
CXXVIa. A Théodore de Banville

Les Épaves
Le Coucher du soleil romantique

Galanteries
Le Jet d'eau
Les Yeux de Berthe
Hymne
Les Promesses d'un visage
Le Monstre

Épigraphes
Vers pour le portrait de M. Honoré Daumier
Lola de Valence
Sur Le Tasse en prison

Piè
La Voix
L'Imprévu
La Rançon
A une Malabaraise

Bouffonneries
Sur les débuts d'Amina Boschetti
A M. Eugene Fromentin
Un cabaret folâtre

Petits poemes en prose

La Fanfarlo


Baudelaire in English

The Flowers of Evil

Prose Poems

Fanfarlo




Navštivte

Malý koutek poezie

Malý koutek poezie


Baudelaire


Les fleurs du mal

Previous    Next


LXXXIX. Le Cygne

A Victor Hugo

I.

Andromaque, je pense à vous! Ce petit fleuve,
Pauvre et triste miroir où jadis resplendit
L'immense majesté de vos douleurs de veuve,
Ce Simoïs menteur qui par vos pleurs grandit,

A fécondé soudain ma mémoire fertile,
Comme je traversais le nouveau Carrousel.
Le vieux Paris n'est plus (la forme d'une ville
Change plus vite, hélas! que le coeur d'un mortel);

Je ne vois qu'en esprit tout ce camp de baraques,
Ces tas de chapiteaux ébauchés et de fûts,
Les herbes, les gros blocs verdis par l'eau des flaques,
Et, brillant aux carreaux, le bric-à-brac confus.

Là s'étalait jadis une ménagerie;
Là je vis, un matin, à l'heure où sous les cieux
Froids et clairs le Travail s'éveille, où la voirie
Pousse un sombre ouragan dans l'air silencieux,

Un cygne qui s'était évadé de sa cage,
Et, de ses pieds palmés frottant le pavé sec,
Sur le sol raboteux traînait son blanc plumage.
Près d'un ruisseau sans eau la bête ouvrant le bec

Baignait nerveusement ses ailes dans la poudre,
Et disait, le coeur plein de son beau lac natal:
"Eau, quand donc pleuvras-tu? quand tonneras-tu, foudre?"
Je vois ce malheureux, mythe étrange et fatal,

Vers le ciel quelquefois, comme l'homme d'Ovide,
Vers le ciel ironique et cruellement bleu,
Sur son cou convulsif tendant sa tête avide
Comme s'il adressait des reproches à Dieu!


II.

Paris change! mais rien dans ma mélancolie
N'a bougé! palais neufs, échafaudages, blocs,
Vieux faubourgs, tout pour moi devient allégorie
Et mes chers souvenirs sont plus lourds que des rocs.

Aussi devant ce Louvre une image m'opprime:
Je pense à mon grand cygne, avec ses gestes fous,
Comme les exilés, ridicule et sublime
Et rongé d'un désir sans trêve! et puis à vous,

Andromaque, des bras d'un grand époux tombée,
Vil bétail, sous la main du superbe Pyrrhus,
Auprès d'un tombeau vide en extase courbée
Veuve d'Hector, hélas! et femme d'Hélénus!

Je pense à la négresse, amaigrie et phtisique
Piétinant dans la boue, et cherchant, l'oeil hagard,
Les cocotiers absents de la superbe Afrique
Derrière la muraille immense du brouillard;

A quiconque a perdu ce qui ne se retrouve
Jamais, jamais! à ceux qui s'abreuvent de pleurs
Et tètent la Douleur comme une bonne louve!
Aux maigres orphelins séchant comme des fleurs!

Ainsi dans la forêt où mon esprit s'exile
Un vieux Souvenir sonne à plein souffle du cor!
Je pense aux matelots oubliés dans une île,
Aux captifs, aux vaincus!... à bien d'autres encor!



Budelaire in English: The Swan

èeský pøeklad: Labu






www.baudelaire.cz :: Since 2002 :: Based On Layout Designed By Danny Is On Fire Productions © 2006